Mon compte

Mot de passe oublié?

Pas encore inscrit?
Inscription gratuite

Lien avec nous Le Monde Des Rottweilers
 
 
L'ABéCédaire des maladies : Maladies en C

L'ABéCédaire des maladies : Maladies en C

Retour à l'abécédaire

Classement par ordre alphabétique

Calculs, Cancer, Cardiomyopathies, Carré, Cataracte, Cirrhose, Colite, Congestion cérébrale, Conjonctivites, Consanguinité, Constipation, Convulsions, Coprostase, Corps étrangers, Coup de chaleur, Cryptorchidie, Cushing (syndrome de), Cystite

Les maladies commencants par C

Calculs : Cristaux qui peuvent se localiser dans le rein, la vessie ou l’urètre. La présence de calculs dans les urines cause des cystites récidivantes ou, plus grave, une impossibilité totale d’urinée. Cela se produit lorsque le calcul est de grande taille et bouche l’urètre, notamment chez le mâle. Une analyse d’urine est obligatoire afin de mettre en évidence la nature des cristaux. Une radiographie peut être utile afin de visualiser les calculs. Le traitement diffère selon la taille des calculs : médical quand ils sont microscopiques, chirurgical si ils sont trop gros pour être évacués par les voies urinaires.
Haut de page

Cancer : Les formes de cancers chez le chien sont aussi nombreuses que chez l’homme. Les plus fréquentes sont les tumeurs mammaires, les cancers du foie, du poumon, de l’intestin et des os. Un cancer ne se manifeste par des symptômes uniquement si la tumeur est visible, comme pour les tumeurs mammaires pour une chienne ou des testicules pour un mâle. Lorsqu’elle n’est pas apparente, on ne remarquera les symptômes qu’au moment où elle occasionnera une gêne des organes qui l’entourent. Une toux chronique pour le cancer des poumons, des troubles d’occlusion intestinale pour le cancer de l’intestin ou de l’abdomen par exemple. Mais, à partir d’un certain stade, les cancers provoquent de graves troubles de l’état général : perte de l’appétit, amaigrissement, le chien est abattu et fatigué. Le traitement des cancers fait souvent appel à la chirurgie. L’intervention doit être précoce et vise à enlever la tumeur intégralement, ainsi que ses alentours. Parfois même, on retire les ganglions les plus proches. La chimiothérapie, très utilisée pour les hommes, est d’usage beaucoup plus délicat chez le chien. La radiothérapie est réservée à certains types de tumeurs, comme le sarcome de Sticker, tumeur vénérienne du chien. Elle peut être effectuée sur d’autres types de cancer très localisés, mais la précision d’administration des rayons oblige à une immobilisation du chien, qui nécessite donc une anesthésie générale ; or la fréquence des interventions interdit souvent ce type de pratique.
Haut de page

Cardiomyopathies : Lésions de la fibre musculaire cardiaque. Elles se présentent sous différentes formes et leur origine est très mal connue. Des facteurs génétiques seraient peut-être impliqués, par exemple, elles sont plus fréquentes chez les chiens de grande taille. Le résultat est toujours une réduction de la contractilité des fibres myocardes donc le volume sanguin éjecté s’en trouver réduit. Cf. insuffisance cardiaque.
Haut de page

Carré : cf. article sur la maladie de Carré (Voir cet article en cliquant ici)
Haut de page

Cataracte : C’est une opacification du cristallin. On distingue : les cataractes juvéniles, se développant avant l’âge de deux ans, d’origine congénitale, et les cataractes adultes, apparaissant après l’âge de huit ans. Le traitement médical vise seulement à en freiner l’évolution. Lorsque les deux yeux sont atteints, on peut procéder à une opération qui consiste à retirer le cristallin. Elle n’est envisageable que si la rétine a conservé son activité.
Haut de page

Cirrhose : Maladie chronique et irréversible du foie.
Haut de page

Colite : C’est une inflammation du côlon ou du gros intestin. Elle est habituellement chronique. Ses origines sont diverses : parasitaire, alimentaire (excès de fibres, d’aliments fermentescibles …), allergique, métabolique, psychologique (anxiété) ou inflammatoire. Elle se manifeste par des selles pâteuses, glaireuses, quelques fois recouverte de mucus, avec des alternances de diarrhées. On peut constater des douleurs lors des défécations.
Haut de page

Congestion cérébrale : cf. coup de chaleur.
Haut de page

Conjonctivites : C’est la membrane qui tapisse les paupières, la sclère antérieure et la troisième paupière. Elle consiste en une inflammation des conjonctives, qui apparaissent rouges et irritées. Il peut y avoir un écoulement muqueux, voire même purulent au coin de l’œil et, lorsque la douleur est importante, le ou les yeux restent à demi fermés.

  • Conjonctivite aiguë : Généralement d’origine infectieuse ou allergique
  • Conjonctivite chronique : En parle dans le cas de conjonctivite qui dure depuis plusieurs semaines ou qui récidive malgré les traitements. Elle peut être alors de nature mécanique : entropion, corps étranger (épillet de graminée) ou à cause de cils mal implantés.

On utilisera une solution ophtalmologique antiseptique pour nettoyer les yeux et instiller un collyre antibiotique selon la cause. Si la cause est les cils mal implantés, on peut les retirer ou si c’est un entropion, une intervention chirurgicale peut être nécessaire.
Haut de page

Consanguinité : cf. article sur la consanguinité canine (Voir cet article en cliquant ici)
Haut de page

Constipation : Lors de constipation, les selles sont desséchées et dures. Elle peut être d’origine alimentaire ou consécutive à des traumatismes du bassin, à une hypertrophie prostatique ou à une hernie périnéale. Si elle n’est pas soignée rapidement, elle peut entraîner une coprostase, c'est-à-dire une accumulation de selles dans le côlon (fécalomes). Lors de crise aiguë, il est conseillé de donner de la paraffine et des laxatifs. Si elle est chronique, il faut envisager un régime alimentaire adapté.
Haut de page

Convulsions : Ce sont des spasmes musculaires dont l’origine est nerveuse pouvant se produire dans de nombreuses affections infectieuses ou non (maladie de carré, intoxications strychnique ou par le méta, épilepsie, éclampsie, congestion cérébrale). Des soins urgents sont toujours nécessaires.
Haut de page

Coprostase : Accumulation de matières fécales dans le gros intestin.
Haut de page

Corps étrangers : Les chiens ingèrent facilement ces derniers. Ca peut provoquer un arrêt du transit par occlusion. Il sera alors abattu, vomira dès qu’il tentera de boire ou manger, et pourra avoir du mal à faire ses selles. Lorsque la douleur est violente, il prend une position de « prière » (en sphinx, l’arrière-train soulevé). La seule solution pour soigner l’animal est de lui faire passer une radiographie de l’abdomen qui permettra de confirmer ou non la présence d’une occlusion. Si présence il y a, il faut vite opérer le chien afin de le débarrasser du corps étranger.
Haut de page

Coup de chaleur : Dans les formes graves, le chien halète énormément pour tenter de faire baisser sa température centrale, il est très abattu et en hyperthermie (température rectale de 40 ou 41°C), il peut également saliver abondamment. Ce genre de phénomène se produit souvent lorsque le chien est exposé pendant une longue période au soleil comme dans une voiture. En premier lieu, il faut immédiatement refroidir le chien : l’amener à l’ombre, l’arroser d’eau froide voire le plonger dedans. Il est parfois nécessaire de pratiquer la respiration artificielle. Dans tous les cas, le chien doit être transporté d’urgence chez le vétérinaire. Si cela est vraiment impossible, l’immerger dans un bain d’eau tiède qu’il faudra refroidir petit à petit.
Haut de page

Cryptorchidie : Pendant le développement embryonnaire, les testicules sont dans la cavité abdominale. Ils doivent la quitter pour descendre dans les bourses, à travers l’anneau inguinal, au plus tard dans les jours qui suivent la naissance. Cette migration est indispensable pour l’élaboration des spermatozoïdes, la température intra-abdominale trop élevée ne le permettant pas. Ensuite l’anneau inguinal doit se refermer. Au cours des premiers mois suivant la naissance, les testicules peuvent remonter dans le trajet inguinal dans diverses circonstances. Lorsque les deux testicules restent dans la cavité abdominale, on parle de « cryptorchidie ». En raison des risques de tumeur, il est fortement conseillé de retirer les testicules restés en position intra-abdominale. La cryptorchidie est un vice rédhibitoire (Voir l'article parlant des vices rédhibitoires en cliquant ici)
Haut de page

Cushing (syndrome de) : Appelée aussi hypercorticisme. C’est une affection grave due à une sécrétion prolongée et permanente de cortisol par les glandes surrénales. L’origine peut être hypophysaire (dérèglement hormonal) ou parfois surrénalienne (tumeur des glandes surrénales). Les chiens touchés par ce syndrome sont adultes ou âgés. Le chien atteint boira beaucoup plus que d’habitude et urinera plus, on observera aussi une distension abdominale, une amyotrophie (fonte musculaire) et de la fatigabilité. Le chien présente souvent une alopécie bilatérale, symétrique sur les flancs et le ventre : la peau est fine avec des comédons (points noirs). Les femelles ont des chaleurs irrégulières ou absente, les mâles une activité reproductrice diminuées. En cas d’origine hypophysaire, le traitement est médical, long et est dangereux pour le foie, il faut donc contrôler régulièrement la fonction hépatique par des prises de sang. En présence d’une tumeur surrénalienne, le traitement est chirurgical si une seule glande surrénale est atteinte.
Haut de page

Cystite : Inflammation de la paroi vésicale, résultant le plus souvent d’une infection urinaire. Le chien urine souvent et que quelques gouttes. Si on observe les urines, on peut voir qu’elles sont rosées ou avec des gouttes de sang. Quelque fois le chien est abattu, il ne mange plus et a de la fièvre. L’origine d’une cystite est souvent infectieuse, mais peut aussi faire suite à une tumeur de la vessie, à des calculs, à une inflammation chronique de la paroi ou à une infection rénale. L’origine peut enfin être extra-urinaire : métrite ou vaginite chez la chienne, prostatite chez le mâle. Pour traiter une cystite, le chien devra être mis sous antibiotique qui limitera le plus souvent l’évolution d’un premier épisode de cystite. Si il y a récidive, des examens comme des analyses d’urine, radiographies, échographies … peuvent être nécessaire pour déterminer la cause et adapter un traitement.
Haut de page

 

Les 3 piliers Chiens de race . com Best of Rottweiler Education Canine Julienoise (ECJ)

 

Le Monde Des Rottweilers © 2007 - 2019

Site créé et hébergé par Site Web Médoc