Mon compte

Mot de passe oublié?

Pas encore inscrit?
Inscription gratuite

Lien avec nous Le Monde Des Rottweilers
 
 
La consanguinité canine

La consanguinité canine

Les Bases De La Génétique

La consanguinité est par définition l’accouplement de deux individus apparentés, c'est-à-dire ayant au moins un ancêtre commun. Parler de la consanguinité au sens large n’a pas de sens car tous les individus appartenant à une même race sont déjà consanguins. Il faut donc parler en taux de consanguinité ou en coefficient de parenté pour que le discours ait un sens. Dans cet article sera développé la consanguinité étroite, c'est-à-dire à fort coefficient de parenté.

La maîtrise de la consanguinité est indispensable à l’éleveur sélectionneur. Il suffit de lire les pedigrees de champions dans de nombreuses races pour s’en persuader. La majorité des éleveurs de renom l’utilise à bon escient, particulièrement les anglo-saxons.
La consanguinité existe aussi dans la nature chez les pigeons ou dans les meutes de loups par exemple. Elle est également largement utilisée dans les autres espèces (ex : le pur sang anglais). Néanmoins, elle continue à effrayer bon nombre d’éleveurs et suscite de grands débats dans le monde de la cynophilie.

C’est un sujet passionnant et tabou qui déchaîne les passions mais qui est rarement traité de manière objective car il demande un minimum de connaissance en génétique avant d’en aborder la pratique.

Haut de page

I/ Chromosomes et Gènes :

a) Définitions :

Les chromosomes sont de longues molécules d’ADN situées dans le noyau de toutes les cellules de l’organisme, ils constituent une sorte de « carte à puce » de l’individu contrôlant à la fois sa morphologie, son métabolisme, son comportement et même sa pathologie.
Le chromosome se décompose en une multitude de gènes qui contrôlent chacun un caractère bien défini. Les chromosomes se regroupent par paires (39 chez le chien). Chaque gène est donc présent en double exemplaire mais peut s’exprimer de manière différente. On parle alors d’allèles. Un gène peut donc englober deux ou plusieurs allèles différents.
Si l’individu porte le même allèle sur les deux chromosomes, il est dit homozygote pour cet allèle. Dans le cas contraire, on parle d’hétérozygote.

b) Transmission aux descendants :

La transmission du matériel génétique à la descendance assure la pérennité de l’espèce et de ses particularités qui en font une race. Elle se fait grâce aux cellules sexuelles : spermatozoïde pour le mâle, ovule pour la femelle.
Ces cellules ne contiennent plus les chromosomes par paires mais en un seul exemplaire. Ainsi, lors de leur fusion, l’embryon formé se retrouve en possession du matériel génétique en double, la moitié venant de son père et l’autre de sa mère. Ceci est un principe de base en génétique : le mâle et la femelle ont une importance strictement équivalente quant à la transmission des gènes. Néanmoins, l’un des deux parents peut « marquer » davantage sa descendance. C’est ce qu’on appelle un « raceur ». Ce point sera expliqué un peu plus tard dans l’article.

Schéma de la transmission aux descendants

Haut de page

II/ Les Gènes Mendéliens :

a) Définitions :

Il s’agit d’un gène qui contrôle à lui seul un caractère.
Certains allèles ont besoin pour s’exprimer d’être présents en double exemplaire c'est-à-dire à l’état homozygote. On parle d’allèles ou de gènes récessifs.
D’autres s’expriment même à l’état hétérozygote. On parle d’allèles ou de gènes dominants.

b) Exemples :

Gène de la dilution maltaise.
Ce gène existe sous deux allèles :

  • L’allèle D (dominant) qui assure la pleine expression des pigments
  • L’allèle d (récessif) qui dilue les pigments.
    Sous son effet, le noir devient bleu, le marron devient souris et le fauve devient sable. Cet allèle d existe chez le Dogue Allemand, le Whippet, le Braque de Weimar etc.
  • Le phénotype (aspect extérieur) bleu a donc pour génotype (constitution génétique) uniquement dd puisque d est récessif alors que le phénotype noir a deux génotypes possible : DD ou Dd.

Le génotype Dd est d’aspect noir mais porte en lui l’allèle d est donc susceptible de le transmettre à la descendance

Tableau

Résultats Accouplements

Un accouplement de deux chiens noirs peut donc donner naissance à des chiots bleus dans la proportion de 25%.

c) Génotype et phénotype :

Comme dit précédemment, le phénotype est l’aspect extérieur du chien, c’est donc l’enveloppe à l’opposé du génotype qui est le contenu de l’enveloppe. C’est donc le génotype qui représente un réel intérêt pour l’éleveur alors qu’en cynophilie, toute la sélection repose sur le phénotype.

Tout le monde connaît des exemples de grands champions incapables de transmettre leurs qualités et vice et versa, des étalons ou des lices produisant des chiots de qualité. C’est le point faible de la cynophilie et c’est là où le bon éleveur doit faire preuve de clairvoyance et d’audace en n’utilisant pas systématiquement l’étalon en vogue mais celui qui reproduit le mieux.
Le but de la consanguinité est de rendre la lignée homozygote pour le maximum de gènes. Ainsi, le phénotype est très proche du génotype car étant homozygote, tous les gènes s’expriment et le risque de voir des gènes cachés sortir de temps à autre diminue. Ainsi peut-on fixer les caractères. En effet, un tel reproducteur est assuré de transmettre ses caractéristiques puisqu’il est homozygote. C’est ce qu’on appelle un « raceur ». Dans ce cas précis la sélection sur le phénotype telle qu’elle est pratiquée actuellement est efficace.

Haut de page

III/ Les Facteurs Polygéniques :

A l’opposé des gènes mendéliens qui contrôlent à eux seuls un caractère, on distingue les facteurs polygéniques.
Ces derniers sont contrôlés par plusieurs gènes dont les effets s’additionnent. Ils sont très répandus notamment des les critères quantitatifs : variations morphologiques intra-raciales, performances et prédispositions (dysplasie).

Haut de page

IV/ Génétique et Mileu :

a) Exemples :

Si les gènes ont une grande importance, ils ne sont pas toujours suffisants pour déterminer une pathologie. Il faut pour cela que le milieu soit propice.
Exemples : suralimentation pour la dysplasie et les ostéochondroses.

b) Héritabilité :

L’héritabilité d’un critère est sa faculté à se transmettre à la descendance.
D’une manière générale, les critères qualitatifs (aspect de la robe, tares génétiques, anomalies hors standard) contrôlés par des gènes mendéliens ont une forte héritabilité comparés aux critères quantitatifs polygéniques (variations morphologiques intra-raciales, performances et prédispositions) qui ont une faible héritabilité. Au sein de ces derniers les variations morphologiques ont une plus grande héritabilité que les performances. Les éleveurs savent bien qu’il est plus difficile de produire un champion de travail qu’un champion de beauté, la sélection étant plus efficace pour les critères à forte héritabilité.

* Gènes pathologiques :

On recense actuellement chez le chien 250 maladies génétiques dont environ une centaine contrôlées par un seul gène.

Répartition des maladies génétiques

* Exemples de gènes mendéliens pathologiques.

PRA : Atrophie Rétinienne Progressive

- PRA Généralisée : Récessif
- PRA Centrale : Dominance Incomplète
   Sauf Briard : Récessif
- Cataracte :
   Schnauzer nain : Récessif
   Labrador, Golden Retriever : Dominance Incomplète
- Glaucome :
   Beagle : Récessif

Haut de page


Pratique de la consanguinité

I/ Définition du ou des Caractères à Sélectionner :

La sélection en élevage doit être rigoureuse et réfléchie. Il faut avant tout choisir le caractère à sélectionner, éventuellement deux, trois maximum. On ne peut en effet sélectionner et fixer simultanément plus de 3 caractères.
La sélection doit se faire par étape. Quand le caractère est fixé et bien stable dans la lignée (c’est-à-dire quand tous les chiots ou presque le possèdent) on peut passer à l’étape suivante. Chaque étape nécessite deux ou trois générations, parfois plus. Il peut s’agir de caractères morphologiques (têtes, angulations, …), sportifs (vitesse du lévrier de course, arrêt du chien de chasse, …) ou comportementaux (absence de crainte, sociabilité, …). On se rend compte qu’un tel programme de sélection est long. Pour gagner du temps, on peut travailler sur plusieurs lignées parallèles.

Par exemple, une lignée consacrée au mouvement et à la tête, l’autre au poil et à la chasse. Une fois les caractères fixés dans chacune des lignées on les croise pour produire des sujets possédants l’ensemble des qualités sélectionnées. Cela paraît simple sur le papier. La réalité est quelque peu différente car la consanguinité ne fixe pas que les qualités ; elle fixe aussi les défauts et les problèmes pathologiques. Il est donc possible par exemple de se retrouver avec une lignée au mouvement et aux têtes irréprochables mais où les ports de queue soient catastrophiques.
Il faudra faire preuve de patience et aller chercher cette qualité manquante chez un autre éleveur (c’est ce qu’on appelle la retrempe). C’est pourquoi, quand on se polarise sur un ou deux caractères, il faut que tous les autres soient au minimum acceptables, faute de quoi le travail d’épuration de la lignée aboutira à son extinction pure et simple car l’ensemble des défauts fixés sera supérieur aux quelques qualités.
La consanguinité est donc réservée aux cracks. Commencer la consanguinité avec un chien moyen, c’est assurément perdre son temps.

Haut de page

II/ Evaluation des reproducteurs :

Elle est indispensable à l’élevage de sélection. Pas de consanguinité sans une évaluation sévère et objective des reproducteurs et des chiots produits. Elle demande, de la part de l’éleveur, expérience, talent et coup d’œil.

Les résultats seront consignés dans un cahier qui sera la mémoire de l’élevage. L’éleveur peut mettre au point un système de cotation basé sur les résultats d’expositions ou de travail ou, effectuer sa propre grille de cotation en attribuant une note à chaque région du corps, au mouvement et au caractère. En dessous d’une certaine note, l’éleveur renoncera à utiliser ce géniteur. C’est une sorte de confirmation mais d’un niveau nettement supérieur.

Haut de page

III/ Création d’une lignée consanguine :

a) In-Breeding et Line-Breeding :

Deux termes anglais pour désigner deux types d’accouplements consanguins à l’opposé de l’out-crossing (accouplement non consanguine).

* In-breeding : C’est l’accouplement de deux reproducteurs de parenté très proche. (ex : père/fille – frère/sœur)
* Line-breeding : Ici le taux de consanguinité est moins important. (ex : cousin/cousine – oncle/nièce)

Lignée Cosanguine

D’après D. Salon – Séminaire SFC – 1988

D’après l’exemple, du pedigree ci-joint Vickie est le produit d’un out-crossing, Tina et Victor d’un in-breeding et l’accouplement Victor/Vickie est un exemple de line-breeding.

La consanguinité se mesure par le taux de consanguinité qui est d’une grande complexité et donc impossible à utiliser. En pratique on utilise soit le coefficient de parenté soit le degré de parenté.

* Coefficient de parenté : probabilité qu’un gène de l’ancêtre commun ait été transmis à la fois aux deux apparentés.(Ex : 50% entre frère et sœur – 25% entre grand-père et petite-fille)
* Degré de parenté : nombre de générations entre un individu et son apparenté.
   Parent : 1 – grand-parent : 2 – arrière grand-parent :3. ( Ex : Victor et Vickie ont un ancêtre commun : Ralph)
   L’accouplement Victor/Vickie est une consanguinité 2-2

b) Choix des reproducteurs :

Il est primordial. C’est la base de la sélection.
En effet, la consanguinité n’améliore pas directement le niveau de la lignée mais à seulement pour rôle de ne pas laisser perdre le progrès qui résulte de la sélection.

De plus, lors de l’utilisation d’un reproducteur extérieur (saillie ou achat) choisi pour une qualité complémentaire manquante à l’élevage, les chances de succès seront d’autant plus grandes que son pedigree sera consanguin.

Utiliser un reproducteur issu d’un out-crossing et donc hétérozygote pour de nombreux gènes est très hasardeux. Il est possible de gagner mais il y a plus de chances de perdre.

c) Accouplements :

Pour démarrer une lignée consanguine, il faut un crack (mâle ou femelle), pas seulement un bon chien, mais un chien exceptionnel !
Il faut ensuite l’accoupler avec une femelle apparentée (sœur, cousine, …) ou non mais avec des qualités complémentaires. L’accoupler ensuite avec l’une des filles de la portée obtenue, puis une petite fille et éventuellement une arrière petite fille.
On sélectionnera les filles et les petites filles sur les caractères suivants :

- D’abord la prolificité,
- Ensuite la robustesse,
- Enfin et seulement en troisième position : la morphologie.

La prolificité et la robustesse assure la pérennité de la race et priment donc bien évidemment sur la morphologie.

Après deux ou trois générations, dès que les qualités sélectionnées sont fixées, on effectue un mariage avec une autre lignée aux qualités complémentaires, si possible elle-même consanguine, puis on repart en consanguinité étroite.

L’idéale est de posséder soit même plusieurs lignées ce qui permet de gagner du temps. De plus, l’accouplement de chiens issus de lignées différentes produit des hétérozygotes qui ne présentent que peu d’intérêt pour la reproduction mais constitue souvent d’excellents chiots pour la vente et l’utilisation sportive (effet hétérozys).

* Quand faut-il arrêter la consanguinité ?

- Si la prolificité diminue,
- Si de nombreuses pathologies apparaissent,
- Quand on évolue vers un hypertype,
- Quand on arrive à un plateau de sélection (c’est-à-dire quand la progression devient impossible)

Avant de démarrer en in-breeding comme indiqué ci-dessus, il est préférable de faire un essai en line-breeding. Cela permet de vérifier si la race ou la lignée de départ supportera l’épreuve de consanguinité étroite et d’éviter dans certains cas les catastrophes.

IV/ Avantages et Inconvénients de la Consanguinité :

Avantages :

- Fixer les caractères et permettre ainsi une certaine progression grâce à la sélection effectuée simultanément,
- Détecter et éradiquer les tares d’une lignée,
- Avoir une production homogène,
- Obtenir des reproducteurs consanguins aillant un grand pouvoir « raceur ».

Inconvénients et Limites :

- Ne rien créer d’autre que ce qui est présent au départ d’où la nécessité de démarrer avec un crack faute de quoi on plafonne rapidement,
- Risque accru de produire des chiots atteints de tares génétiques surtout si la race ou la lignée sont fortement touchées,
- Risque de perdre tout le travail de sélection si on travaille sur une seule lignée,
- Mauvaise réputation qui peut affecter la vente des chiots,
- Prolificité éventuellement diminuée,
- Evolution possible vers un hypertype,
- Diminution de la variabilité génétique par élimination de certains gènes qui peuvent être définitivement perdus pour la race.

Haut de page


Conclusion :

Bien maitriser la consanguinité est un outil extraordinaire pour l’éleveur sélectionneur. Mais il ne faut pas oublier qu’elle est réservée aux cracks et aux éleveurs chevronnés et qu’elle possède ses propres limites.

L’éleveur est le détenteur momentané de la race qu’il élève et a le devoir de la maintenir dans son type sans succomber à la tentation de produire des hypertypes qui ne seraient que des chiens d’opérette incapables de remplir leur mission originel. Il a également la lourde tâche de veiller à ne produire que des chiens sains et de se préoccuper de leur longévité. L’éleveur est avant tout le premier défenseur de la race qu’il élève.

D'après Fréderic Maison (Docteur Vétérinaire)

 

Les 3 piliers Chiens de race . com Best of Rottweiler Education Canine Julienoise (ECJ)

 

Le Monde Des Rottweilers © 2007 - 2017

Site créé et hébergé par Site Web Médoc